Championnats d'Europe Séniors d'Haltérophilie 2021 : bilan de la compétition

Retour sur les Championnats d’Europe séniors d’haltérophilie 2021 à Moscou (Russie) 

 

Après de multiples reports à cause de la crise sanitaire, les meilleur(e)s haltérophiles d’Europe se sont enfin retrouvé(e)s sur les plateaux russes de Moscou. Avec des restrictions sanitaires renforcées, les athlètes ont pu regoûter à ces sensations si spéciales que procure une compétition internationale.  

Ces championnats avaient un double objectif. D’un côté, les 4 haltérophiles en course pour les JO de Tokyo : Anaïs MICHEL (VGA St-Maur/INSEP), Dora TCHAKOUNTE (VGA St-Maur/INSEP), Gaëlle NAYO KETCHANKE (Clermont Sports/INSEP) et Bernardin KINGUE MATAM (VGA St-Maur/INSEP) devaient gagner des points précieux dans le sprint final de la qualification olympique pour Tokyo et prendre au passage quelques médailles. De l’autre, Garance RIGAUD (EA St-Médard/INSEP), qui honorait sa première sélection chez les seniors, devait engranger de l’expérience en vue de conforter son parcours olympique vers Paris 2024.   

  

Retour gagnant pour Gaëlle NAYO KETCHANKE et les premières médailles internationales seniors de Dora TCHAKOUNTE 

Le sprint final vers Tokyo est palpitant !  

La Marseillaise n’aura malheureusement pas retenti dans la capitale russe, cependant on tire un bilan plutôt positif pour la Team France. Beaucoup d’incertitudes planaient sur la compétition et sur nos français(e)s, première compétition internationale depuis 1 an, même s’ils/elles ont pu s’exercer lors du ELEIKO tournoi de France pour certains, les plateaux internationaux c’est une tout autre affaire.  

 

Anaïs MICHEL prend la 6ème place et reste à la lutte pour la qualification Olympique.   

La pensionnaire de la VGA Saint Maur était la première de la délégation française à fouler les plateaux de cette magnifique salle de Moscou après plus de 12 mois sans compétition internationale.  

Avec une barre arrachée à 77kg puis une seconde jetée à 95kg portant son totale à 172 kg, la française termine à la 6ème place et engrange des points précieux pour la qualification olympique.  

Anaïs ressort de cette compétition un peu mitigée : « Je n’étais vraiment pas au top, c’est surtout dû à un manque de barre lourde à l’entraînement. J’ai eu beaucoup de mal avec cette préparation- là… ».  

Malgré ses mauvaises sensations, Anaïs a assuré l’essentiel en laissant derrière elle une concurrente redoutable, la turque Sasiye ERDOGAN, pour la 1ère place européenne de la rankliste olympique en -49 kg. 

 

Un gain en expérience non négligeable pour la jeune Garance RIGAUD. 

Il fallait oublier la grasse matinée du dimanche matin et mettre son réveil pour voir Garance évoluer pour la première fois en compétition internationale sénior, sur le plateau B des 55kg. Unique haltérophile « Génération 2024 » ayant gagné son ticket pour Moscou, c’était l’occasion rêvée pour elle de gagner en expérience en vue de son objectif principal, Paris 2024.  

Elle s’offre un beau total de 180kg (79kg à l’arraché et 101 à l’épaulé-jeté) et termine à la 12ème place du classement général. 

 

 

Dora TCHAKOUNTE voit triple !  

Un calme olympien et une sérénité sans failles, voilà ce que laissait à peine transparaître la française de la VGA Saint-Maur lorsqu’il a fallu combattre pour décrocher ses trois premières médailles à l’international. Deux médailles de bronze et une en argent, c’est le butin raflé par Dora lors de ces championnats d’Europe 2021, on ne peut qu’applaudir !  

Elle rapporte donc les premières breloques à la Team France lors du 3ème jour de compétition. Une barre à 95kg à l’arraché lui a dans un premier temps assuré une médaille d’argent dans le mouvement, puis une barre à 115kg à l’épaulé-jeté lui a permis de grimper sur la 3ème place du mouvement mais aussi du total Olympique avec un très beau 210kg. En plus de cela, elle marque des points capitaux dans sa quête vers Tokyo 2021 en repassant définitivement l’arménienne Isabella YAYLYAN à la rankliste olympique en -59 kg. 

 

Le tenant du titre déchu mais se conforte au ranking olympique.

Le seul athlète masculin français rentrait donc en lice le lundi en fin de journée et se présentait en tant que tenant du titre après sa victoire à Batumi en 2019 chez les 67kg. La feuille de match affichait une concurrence rude pour Bernardin KINGUE MATAM.  

Après une entrée en matière idéale avec un 3/3 à l’arraché et un 3ème essai à 138kg, Bernardin se présentait à l’épaulé-jeté avec un certain retard qui le privait sûrement de la première place, mais avec un objectif de podium et de gain de points précieux pour conforter sa place dans le ranking olympique. Malgré tous ses efforts, l’athlète de la VGA Saint-Maur devra se contenter de la 6ème place au classement général (total de 308kg) tout en confortant sa position pour la qualification Olympique.  

 

Le clou du spectacle avec Gaëlle NAYO KETCHANKE : dorée et argentée 

Elle avait rejoint ses camarades plusieurs jours après à cause des mesures sanitaires et elle était la dernière à  fouler les plateaux de cette édition 2021 inédite.  

Un an et demi après sa terrible blessure au coude à Batumi en 2019, Gaëlle avait à cœur de performer en Russie chez les 81kg, mais une médaille d’or à l’épaulé-jeté et l’argent au total Olympique ?  

 « Jamais je ne n’aurais imaginé autant en venant ici. » nous a-t-elle confié.  

Et pourtant, elle peut se pincer bien fort car c’est bien la réalité, un match plein de la part de l’haltérophile de Clermont Sports avec une barre à 131kg à l’épaulé-jeté qui lui permet de décrocher l’or sur le mouvement, tout en devenant vice-championne d’Europe au total Olympique. 

Un total a 231kg qui lui fait engranger des points précieux pour la qualification pour les prochaines Olympiades de Tokyo.   

  

Crédits photos : Isaac MORILLAS

 

Pour consulter les résultats complets, cliquer-ici.

Copyright Fédération Française d'Haltérophilie - Musculation 2021. Tous droits réservés.